Page:Monavon - Le Bouvreuil, paru dans Le Passe-Temps, 13 août 1893.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.


En traversant le bois, les enfants du village
Retrouvèrent l’oiseau, triste jouet des vents.


C’est ainsi, pauvres cœurs confiants et sincères,
Qu’aux pièges de l’amour vous laissant abuser,
Vous-mêmes vous forgez ces entraves amères
Où vos jeunes espoirs et vos tendres chimères
Sentent leurs ailes d’or se prendre et se briser !


Gabriel Monavon.