Page:Monavon - Le Bouvreuil, paru dans Le Passe-Temps, 13 août 1893.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE BOUVREUIL



PETIT RÉCIT ÉLÉGIAQUE


L’aube en riant sortait de sa couche irisée,
Couronnant les coteaux de son éclat vermeil,
Et faisait aux rameaux tout baignés de rosée,
Pendre, en gouttes d’argent, les baisers du soleil.

Jouant dans les feuilles, une brise sonore
Secouait en passant des parfums dans les airs,
Et, sous les frais taillis qu’illuminait l’aurore,
Les oiseaux à l’envi modulaient leurs concerts.

Tout respirait l’amour, la joie et l’harmonie ;
Comme un sourire, au ciel, brillait chaque rayon ;
C’était le beau printemps… Une extase infinie
Semblait verser son charme à la création…