Page:Monavon - Fragiles Fleurs, paru dans Le Passe-Temps, 05 novembre 1893.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.


FRAGILES FLEURS


À Carissima.

Vois ces fleurs aux senteurs aimées,
Ces fraîches fleurs dont le matin
Remplit de larmes embaumées
Les blanches urnes de satin…
Elles sont l’image légère
Le frêle emblème du bonheur :
La fleur, hélas ! est éphémère,
Et le bonheur est une fleur !…

De leur parure dépouillèe,
Penchant languissamment leur front,
Par le vent jaloux effeuillées,
Ce soir elles se faneront…
Chacune va rendre à la terre
Sa grâce pure et sa fraîcheur…
La fleur hélas ! est éphémère.
Et la beauté n’est qu’une fleur !…

C’est ainsi que de notre vie
S’évanouissent les beaux jours,
Que d’ombre et de deuil est suivie
L’heureuse saison des amours ;
C’est ainsi que la lie amère
Succède à la douce liqueur…
La fleur, hélas ! est éphémère,