Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nante ; entrons dans sa fantaisie, Fortunato, veux-tu entrer dans sa fantaisie ? entrons, sans frapper… Alors, tues servante d’auberge ?

Il rit.


MARIETTA, à l’archiduc.

Ne riez donc pas comme ça, d’un air bête.


L’ARCHIDUC, ravi.

Fortunato, je ris d’un air bête. (A Marietta.) Et qu’est-ce que ça fait une servante d’auberge ?


MARIETTA.

Il ne sait pas c’que ça fait, est-il jeune !… Eh ben, ça balaie, ça lave le parquet, la vaisselle avec une petite lavette.


FORTUNATO et L’ARCHIDUC, riant.

Avec une petite lavette.


MIRIETTA.

Et puis, ça frotte comm’ ça.

Elle frotte.


L’ARCHIDUC, frotte gauchement.

Comme ça.


MARIETTA, voyant Fortunato frotter.

Pas comme ça. Regardez le petit dragon, il y est lui… et puis quand il vient des voyageurs, ça rince les verres (Elle fait mine de souffler dans un verre et de l’essuyer.) comme ça.


L’ARCHIDUC et FORTUNATO, l’imitant.

Comme ça !


MARIETTA.

Et puis ça secoue la salade (Elle fait mine de secouer.) comme ça.


L’ARCHIDUC et FORTUNATO.

Comme ça !


MARIETTA.

Et puis le dimanche, on va à la fête, danser sous les arbres.


FORTUNATO.

On danse.