Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


neur que l’archiduc leur fait, je vous donne cinq minutes. J’ai encore fait une chanson là-dessus.

Il fredonne.

––––––C’est peu cinq minutes de grâce
––––––Vis-à-vis de l’éternité.

Contez-leur la chose en douceur, une escorte, vous entendez, nous les escorterons à vue, voilà tout. Je vous donne cinq minutes, je vais prévenir mes hommes. Qu’est-ce que c’est qu’un bonhomme qui dit qu’ils n’y sont pas ? (Il remonte.) On n’en fait pas accroire au capitaine Fortunato. (Au fond.) Vous mériteriez que je vous passe mon sabre au travers du corps, mille trompettes !

Il sort par le fond à droite.


Scène XII

LES MÊMES, GILETTI, MARIETTA, puis FORTUNATO, Les Dragons.



RICARDO, allant à la porte de droite.

Ouvrez, vous autres, apportez les manteaux.


GILETTI et MARIETTA, sortent avec les manteaux et le chapeau du comte.

Voici les manteaux.


LE COMTE, à Giletti, en lui mettant son manteau et le chapeau.

Voulez-vous gagnez dix mille écus ?


GILETTI, se laisse faire.

Dix mille écus !


RICARDO, le pistolet au poing.

Ou la mort !


GILETTI.

Il n’y a point à hésiter.