Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ARCHIDUC.

Le dimanche, on fera les affaires !

Entrée générale, dragons et petits soldats.


MARIETTA, descendant avec Giletti.

Eh ben, et nous, et nos dix mille écus ?


LE COMTE, descend avec sa femme.

Vous les aurez, vos dix mille écus.


MARIETTA.

Merci, Monsieur, Madame, nous allons acheter l’auberge.


FORTUNATO, à Marietta.

Et pourra-t-on aller vous y voir ?


MARIETTA.

Oui, mais pas avant un bon mois.


FORTUNATO.

Pourquoi ?


MARIETTA.

Parce que nous allons commencer par la fermer l’auberge, et nous mettrons un écriteau sur la porte.


GILETTI.

Fermé…


MARIETTA.

Pour cause…


FORTUNATO.

De nuit de noces.

COUPLET FINAL.

MARIETTA, au public.
––––––––Je ne suis plus comtesse,
––––––––Je ne suis plus altesse,
––––––––Avec bonheur je laisse
––––––––Le trône et son clinquant.