Page:Millaud - La Créole.pdf/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



RÉNÉ.
––––––––Ayons bonne espérance,
––––––––––––Il dort.

FRONTIGNAC.
––––––––Il dort, faisons silence,
––––––––––––Il dort.
ENSEMBLE.
––––––Il dort, ne faisons aucun bruit,
––––––C’est l’amour qui nous conduit.
––––––––Doucement, posément.
––––––––––Bien doucement
––––––––––––Il dort !

RÉNÉ, parlé.

Eh bien ? et cette lettre ?


DORA.

Elle est dans la poche de son pourpoint.

REPRISE DU QUINTETTE.

RÉNÉ.
–––––––Frontignac à la manœuvre !

ANTOINETTE.
–––––––De la souplesse avant tout.

RÉNÉ.
–––––––Souple comme une couleuvre,

DORA.
–––––––Malin comme un sapajou.

FRONTIGNAC escalade le bastingage pour prendre le portefeuille dans la poche de son pourpoint.
–––––––La besogne est un peu rude.

RÉNÉ.
–––––––Tu n’as pas le pied marin,

FRONTIGNAC.
–––––––Oui, je manque d’habitude,

ENSEMBLE.
–––––––Vite, un dernier coup de main !