Page:Millaud - La Créole.pdf/9

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE COMMANDANT.

Bien ! et les cent cinquante bouteilles de rhum ?


FRONTIGNAC.

Alors, vous partez ?


LE COMMANDANT.

Pour la Guadeloupe.


FRONTIGNAC.

Et il paraît… avant de partir… Antoinette…


LE COMMANDANT.

Je la marie, Antoinette, je la marie… Et ce tabac, Saint-Chamas, as-tu pensé au tabac ?


SAINT-CHAMAS.

Il est embarqué, mon commandant.


LE COMMANDANT.

Bien ! Et mon neveu, pas de nouvelles de mon neveu ?


SAINT-CHAMAS.

Pas encore, commandant, pas encore !


LE COMMANDANT, allant et venant.

Pas encore ! pas encore !


FRONTIGNAC, le suivant.

Alors, vous mariez Antoinette ?


LE COMMANDANT.

Mais oui, je la marie. Combien de fois faut-il que je te le dise ?… (Arpentant.) Je vais dire à l’amiral, monsieur l’amiral…


FRONTIGNAC, arpentant derrière lui.

Et avec qui la mariez-vous ?


LE COMMANDANT.

Avec qui, mais parbleu ! avec…


UNE VOIX.

La chaloupe du commandant !


LE COMMANDANT, va vivement au fond.

Ah ! ma chaloupe ! (Voyant entrer Antoinette.) Bonjour, mon enfant. (À Frontignac.) Tiens, voici Antoinette, qui t’expliquera,