Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - La Créole.pdf/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES MATELOTS.
––––––––Des chansons comme nous.

DORA.
––––––––Comme vous chantez entre vous.

LES MATELOTS.
–––––––––Ma foi, la consigne
–––––––Ne défend pas de chanter.
COUPLETS.

DORA.
I
––––––C’est dans la ville de Bordeaux
––––––Qu’est z’arrivé trois beaux vaisseaux ;
––––––Les matelots qui sont dedans
––––––Sont tous des gaillards très-galants.
––––––Passe la femm’ d’un président
––––––Qui voit l’un de ces garnements :
––––––— Ohé ! mat’lot, mon bon ami,
––––––Vous m’fait’s l’effet d’êtr bien joli.
––––––— Vraiment, madam’, j’vous dis merci,
––––––Si j’suis joli, vous l’êt’z’aussi.
––––––— Beau matelot, mat’lot charmant,
––––––J’vais vous payer du p’tit vin blanc.
––––––––––Ohé ! ohé !
––––––Vivent les dames de Bordeaux,
––––––Qui aim’nt bien les p’tits matelots !
II
––––––Pendant trois jours, l’ mat’lot z’a bu,
––––––Si bien qu’il en était confus.
––––––Après les trois grands jours passés,
––––––Il dit : — Madam’ j’en ai z’assez !
––––––— Quoi, déjà ! tu veux me quitter ?
––––––— Oui, j’ai bien bu, j’veux m’en aller.
––––––Il s’en alla. Z’un’ fois parti,
––––––Fit la rencontre du mari :