Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - La Créole.pdf/77

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES NOTAIRES.
–––––Alors, nous pouvons nous en aller,
–––––––On nous attend à dîner.

LE COMMANDANT.
––––––Emmenez aussi les notaires,
–––––––Ils nous seront nécessaires.
––––––––––Qu’on les installe
––––––––––À fond de cale,
––––––––––À bord, à bord,
––––––––––Nom d’un sabord !
ENSEMBLE.
––––––––Quel bonheur, mes amis,
––––––––Nous serons tous réunis !

LE COMMANDANT.
––––––Réunis ! non, qu’on les sépare,
––––––Les hommes ici, les femmes là.

DORA.
––––––Affreux tyran !

RÉNÉ.
––––––Affreux tyran ! Oncle barbare !

LE COMMANDANT.
–––––Qu’on les sépare, qu’on les sépare,
–––––Et toi Dora, tu verras, toi, toi,
––––––Qu’on ne se moque pas de moi !

DORA.
––––––Eh bien, tant mieux qu’on nous emmène,
––––––Mais vrai, cela n’est pas la peine,
––––––En pleine mer, sur le bateau,
––––––Je le crierai tout haut, tout haut,
––––––––––Au timonier,
––––––––––Au cuisinier,
––––––––––Au cambusier,
––––––––––Au grand hunier,
–––––––––––À sabord,
–––––––––––À babord,
–––––––––––À tribord,
––––––––––Jusqu’à la mort,