Page:Millaud - La Créole.pdf/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE COMMANDANT.
–––––Approchez, messieurs les notaires.

LES NOTAIRES.
–––––––Vite, expédions les affaires,
––––––Dépêchons.

LE COMMANDANT.
––––––Dépêchons. Pourquoi dépêcher ?

LES NOTAIRES.
––––––Quand on est venu nous chercher,
––––––Nous étions en train de dîner.

LE COMMANDANT.
––––––Vous étiez en train de dîner ?

LES NOTAIRES.
––––Et nous voudrions bien y retourner.
––––––Justement, nous allions manger
––––––––––Une poularde.
COUPLETS.
I

PREMIER NOTAIRE.
–––––––La poularde était de taille,
–––––––––Elle venait du Mans.

DEUXIÈME NOTAIRE.
–––––––Tudieu ! la belle volaille,
––––––––Et quels contours charmants !

PREMIER NOTAIRE.
–––––––D’un beau jaune elle était peinte,
––––––––Nous la mangions des yeux,

DEUXIÈME NOTAIRE.
–––––––En nous versant une pinte
––––––––D’un chambertin très-vieux.
ENSEMBLE.
––––––––Hum ! la bonne poularde,
––––––––Hum ! le roi des ragoûts,
––––––––Hum ! pourvu qu’on en garde
––––––––Un petit morceau pour nous !