Page:Millaud - La Créole.pdf/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE COMMANDANT, colère.

Tu t’es arrêté ? (Changeant de ton.) Tu as bien fait.


FRONTIGNAC et DORA.

Comment !


LE COMMANDANT.

Oui ! il a bien fait, parce qu’avant le mariage… Ce n’est pas comme Réné et Antoinette…


FRONTIGNAC.

Hein !


LE COMMANDANT.

Ils sont mariés, eux… ils s’embrassent, ils s’embrassent !


TOUS.

Ils s’embrassent.


LE COMMANDANT.

Et encore, devant moi, ils se tenaient, j’ai bien vu que je les gênais ; alors, je les ai amenés tout doucement sous un bosquet bien sombre, au fond du parc. Là, je les ai laissés seuls.


FRONTIGNAC.

Antoinette !


DORA.

Et Réné !


LE COMMANDANT.

Oui, j’ai écouté derrière les feuilles, et j’ai entendu le bruit d’un long baiser… oh ! mais d’un long !


FRONTIGNAC.

Qu’est-ce que vous dites ?


LE COMMANDANT.

Quoi, qu’est-ce que tu as ?


FRONTIGNAC.

Un long baiser, un long baiser…