Page:Millaud - La Créole.pdf/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FRONTIGNAC.

Oui !…


DORA.

En effet, j’en ai aimé un autre, et maintenant encore…


FRONTIGNAC.

Maintenant encore…


DORA.

Je suis amoureuse…


FRONTIGNAC.

Amoureuse, et de qui donc ?


DORA.

Vous ne devinez pas ?


FRONTIGNAC.

Pas du tout.


DORA.

Je suis amoureuse de lui, de Réné.


FRONTIGNAC, joyeux.

Réné !


DORA.

Oui, je ne devrais pas vous dire cela… mais que voulez-vous ? quand il est venu aux colonies il y a trois ans, je l’ai vu, et tout de suite… oui, tout de suite, j’ai commencé à l’aimer, et ça n’a pas cessé depuis… Au bout de six mois, il est parti pour venir demander à son oncle son consentement à notre mariage, et il n’est pas revenu… et je le retrouve en arrivant en France, et je le retrouve, marié, marié, marié… Et malgré ça… malgré sa trahison… (se reprenant.) Non, non, ce n’est pas vrai, je ne l’aime plus, vous entendez, je ne l’aime plus.


FRONTIGNAC.

Ah ! mon Dieu ! quand vous l’aimeriez encore…


DORA.

Qu’est-ce que vous dites ?