Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - La Créole.pdf/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE COMMANDANT, ému.

Avec qui je voudrai ?


DORA.

Oui !


LE COMMANDANT, très-ému, à part.

Tonnerre de Brest ! (Haut.) Mon Dieu ! faut-il le dire ? pendant cette longue traversée… une idée un peu folle me passait quelquefois par la tête… je me disais : un mari pour Dora, voyons… est-ce que certain vieux loup de mer de ma connaissance… un soir, vous pouvez vous en souvenir, j’ai risqué quelques allusions à ce projet…. ça n’a pas paru vous sourire…


DORA.

Non, c’est vrai, j’avoue qu’alors… mais aujourd’hui si vous le voulez… vous, ou un autre, ça m’est égal.


LE COMMANDANT.

Est-elle gentille ! Eh bien non… en voyant ces deux jeunes gens tout entiers à leur tendresse et à leur amour… car ils sont tout entiers… n’est-ce pas que vous êtes tout entiers à votre amour ?


ANTOINETTE et RÉNÉ.

Oh ! oui, mon oncle, oui !

Ils remontent avec Frontignac.


LE COMMANDANT.

Je me suis dit : Dora a droit au même bonheur… elle est jeune, il lui faut un jeune mari… et alors, j’ai pensé pour elle…


DORA.

Vous avez pensé ?…


LE COMMANDANT.

J’ai pensé…


DORA.

À qui ?