Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - La Créole.pdf/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE COMMANDANT.

Oui, te marier !


DORA, prenant le bras du commandant.

Parlons encore un peu du mariage de monsieur Réné. Dites-moi un peu… comment s’est-il fait ce mariage ?


LE COMMANDANT.

C’est l’affaire la plus simple… c’était il y a six mois, j’allais partir, mon neveu faisait des bêtises, beaucoup de bêtises… avec les femmes.


DORA.

Ah !


LE COMMANDANT.

Et, comme je ne voulais pas qu’il continuât à faire des bêtises… je lui ai ordonné de se marier.


DORA.

Et il a obéi ?


LE COMMANDANT.

Tout de suite ! Ah ! dame, c’est que celle que je lui ordonnais d’épouser était un ange, ma pupille, mon Antoinette.


DORA, s’élançant presque.

Ah ! sa femme.


RÉNÉ, l’arrêtant.

Dora !


DORA.

Pardon ! ne faites pas attention… nous autres, là-bas… nous sommes encore un peu sauvages. (À Réné.) Ainsi, c’est elle. (Au commandant.) Et ils sont heureux ?


LE COMMANDANT.

Parfaitement heureux… tout à l’heure, devant moi, ils s’embrassaient comme du pain…


DORA, furieuse.

Comme du pain. (Calme.) C’est très-bien alors, mariez-moi quand vous voudrez, et avec qui vous voudrez.