Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - La Créole.pdf/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


II

RÉNÉ.
–––––––Et pourtant, si tu voulais
–––––––Tu serais plus que la reine,
–––––––Je croyais que tu m’aimais.
–––––––En pleurant, je me soumets
–––––––À ton caprice, à ta haine,
–––––––Tes lèvres m’ont dit : jamais !
–––––––Sois heureuse, désormais,
–––––––Moi, je mourrai de ma peine,
–––––––Je croyais que tu m’aimais,
–––––––Tes lèvres m’ont dit : jamais !

Frontignac embrasse Antoinette sur le front.


ANTOINETTE, se levant.

Voyons, mon ami, devant Réné…


RÉNÉ.

Oh ! je vous en prie, ne vous gênez pas pour moi.


FRONTIGNAC.

Ah ! tu vois.

Il l’embrasse.


RÉNÉ.

Moi, l’auteur de votre bonheur, n’ai-je pas le droit d’en être le témoin ?


ANTOINETTE.

C’est vrai, l’auteur de notre bonheur, mais à quel prix !


FRONTIGNAC.

Oui, à quel prix ? à l’aide de ce mensonge, de cette fausse lettre, je la vois encore : « Je ne veux faire le malheur de personne, que Frontignac épouse Antoinette, bénis-les pour moi. » C’est écrit, c’est écrit.


ANTOINETTE.

Et, cette supercherie, vous ne nous l’avez révélée que le lendemain du mariage.