Ouvrir le menu principal

Page:Millaud - La Créole.pdf/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


––––––L’escadre est maintenant en route,
––––––En cet instant, elle quitte le port.

FRONTIGNAC, qui est remonté, regarde à gauche.
––––––C’est vrai, nous la voyons encor.

CHŒUR, même jeu.
––––––C’est vrai, nous la voyons encor.

RÉNÉ, descendant sur le devant de la scène.

(Parlé.) Lisons vite. (À voix basse.) « L’amiral me retient de force, nous partons ; mariez-vous sans moi, soyez heureux. Ci-joint la donation. »

Regardant Frontignac et Antoinette.

––––––Pauvres enfants, quelle douleur !
––––––Comment empêcher leur malheur ?
––––––Quelle idée !

Il pousse un cri, tout le monde descend.

––––––Quelle idée ! Ah ! grand Dieu ! qu’ai-je lu ?

TOUS.
––––––––Qu’a-t-il lu ? qu’a-t-il lu ?

ANTOINETTE, à Réné.
––––––Hélas ! comme vous êtes ému !

CHŒUR.
––––––––Qu’a-t-il lu ? qu’a-t-il lu ?

RÉNÉ.
––––Si vous saviez, non, écoutez plutôt,
––––––––Je vais lire tout haut.

(Il lit.) « Nous partons, et je vous envoie mes dernières instructions ; depuis un quart d’heure, j’ai beaucoup réfléchi. Frontignac et Antoinette s’aiment, Réné ne veut pas se marier, je ne veux faire le malheur de personne ; je renonce à mes projets, qu’Antoinette et Frontignac se marient puisqu’ils s’aiment, et qu’ils soient heureux. Je charge Réné de les unir et de leur donner ma bénédiction. Signé : Adhémar de Feuillemorte. »