Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/428

Cette page n’a pas encore été corrigée


CONSEILS A MA PETITE AMIE

Tu veux jouer la comédie,
Je te trouve un engagement.
Hélas ! tu manques tellement
De talent qu’on te congédie.

Pourtant dans notre intimité,
Sans te mettre du fard aux joues,
Il est certain que tu la joues,
Avec combien d’autorité !

Tu te mêles de pantomime.
On critique tes gestes lourds.
Et, malgré tes yeux de velours,
Ton succès est infime, infime.

Cependant je m’étonne, car
Ta frimousse est si variable,
Que le bon Dieu, comme le diable,
N’en déchiffreraient pas le quart.

Renonce toujours au théâtre,
Contente-toi de ta maison,
Où je suis, en toute saison.
Public gobeur, foule idolâtre.