Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/417

Cette page n’a pas encore été corrigée


Malgré le luxe qu’il affiche,
Dès qu’on lui demande cent sous :
Hélas ! — on ne prête qu’au riche !
— Harpagon même est arrangeant.
    Quand on a de l’argent...

IV

    Quand on n’a pas d’argent.
Le tailleur est très exigeant...
Il accepte en grognant l’échange
De vos effets contre — les siens.
Ne les soldez pas, il dérange
L’huissier, qui fait, en mots anciens,
Contre vous un grimoire étrange
Qu’on paie, assez cher, en rageant,
    Quand on a de l’argent.

V

    Quand on n’a pas d’argent
Et qu’on aime, on souffre, en songeant
Qu’il est, en amour comme en guerre,
Le plus sûr garant du succès.
Être éloquent, beau, ce n’est guère,
Pour gagner ce joli procès.
— De nos jours, ainsi que naguère,
On séduit, même en pataugeant,
    Quand on a de l’argent.