Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/416

Cette page n’a pas encore été corrigée


L'ARGENT

Fantaisie.

I

     Quand on n’a pas d’argent,
En gagner est le plus urgent ;
Car tout le monde vous évite.
Donc, si vous êtes fortuné,
Enrichissez-vous, au plus vite !
— Au riche, tout est pardonné,
Partout on le choie, on l’invite :
Craint-on un accueil outrageant,
     Quand on a de l’argent ?

II
 
     Quand on n’a pas d’argent
Rien ne sert d’être intelligent :
On a toujours l’air d’une buse.
On est un être inférieur,
De qui chacun, sans honte, abuse ;
La victime de tout railleur
Qu’égaie un vêtement qui s’use...
— On est plein d’aplomb, d’entregent,
     Quand on a de l’argent.

III

     Quand on n’a pas d’argent
Soudain, en vous dévisageant,
Le plus généreux devient chiche.
Un Crésus se plaint plus que vous,