Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/391

Cette page n’a pas encore été corrigée


DON JUAN

Don Juan, gloire et terreur de Séville et d'ailleurs,
Délices et tourment d'Elvire et de tant d'autres
Que ta main sur le cœur et tes chants bons apôtres
Persuadaient, malgré les staccati railleurs.

Va ! malgré ton cynisme et tes airs gouailleurs,
Et malgré la débauche absurde où tu te vautres,
Nous t'avons, dès l'abord, admis comme un des nôtres,
Un des plus méritants sans doute et des meilleurs.

Comme nous tu connus cette souffrance amère
De n'atteindre jamais l'impossible chimère
Dont l'attrait douloureux pardonne aux seuls goujats.

L'amour a fait de toi sa victime suprême :
Mais toi, du moins, ô fier ami, tu te vengeas,
Comme on doit se venger d'un Dieu, par le blasphème !