Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/327

Cette page n’a pas encore été corrigée

RAOUL PONCHON


FAITES-MOI PARLER SUR LE GIGOT

<poem>

Quand le gigot paraît au milieu de la table, Fleurant l’ail et couché sur un lit respectable De joyeux haricots, On se sent beaucoup mieux, un charme vous pénètre ; Tout un chacun voyant son appétit renaître Aiguise ses chicots.

Il avait bien mangé mille riens d’oeuvre et autres... Mais quel sera le rôt ? Songeait le bon apôtre De convive anxieux. Bravo ! c’est un gigot. Oui, voici qu’un esclave Vient d’entrer, sur ses bras portant, robuste et grave, Ce fardeau précieux.

Alors, l’amphitryon, le père de famille, Se demande, tandis que son œil le fusille : Sera-t-il cuit à point? Il l’est, n’en doutez pas. Et chacun le proclame, Dès qu’il a vu plonger une invincible lame En son doré pourpoint.

Son sang, de tous côtés, ruisselle en filets roses ; Sa chair est admirable et ferait honte aux roses. Le plus récalcitrant Des convives, muet tout à l’heure et morose, S’épanouit bientôt, débite mainte prose, Devient presque encombrant.