Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/172

Cette page n’a pas encore été corrigée


AU MOULIN ROUGE

Tournez, tournez bons chevaux de bois

Paul Verlaine.


Tournez, tournez, moroses bourgeois,
Clercs d’avoués, fades calicots,
Navrants cercleux, noceurs rococos
Tournez cent fois, tournez mille fois !

Et vous aussi, venus des Provinces,
De l’Amérique ou bien des Golcondes,
Colons fiévreux, mines rubicondes,
Nègres ou blancs, écumeurs ou princes !

Aux sons joyeux des cuivres criards,
Pendant la valse aux élans berceurs ;
Rythmes ardents, rythmes enlaceurs,
Dans les senteurs d’onguents et de fards ;

Parmi l’essaim des filles de joie
Troupeau rôdeur d’amantes bohèmes ;
Éclairs trompeurs des yeux et des gemmes,
Froufrous troublants de moire et de soie !

Tournez, tournez, mornes débauchés,
Dans cette piste aux louches amours,
Tournez cent tours, tournez mille tours,
Après les Belles que vous cherchez !