Page:Millanvoye — Anthologie des poètes de Montmartre, éd7.djvu/147

Cette page a été validée par deux contributeurs.
137
JEAN FLOUX

triste jour de neige, Floux entra à la gare, prit un billet, gagna les quais, glissa, tomba à la renverse et se fractura le crâne.

Transporté immédiatement au commissariat, il y mourut en quelques instants.

Jean Floux n’a laissé qu’un volume de poésies, Les Maîtresses (Edit. M. de Brunhoff), un recueil plein de vers exquis et de… promesses que l’auteur aurait tenues certainement, si la cruelle mort n’était venue le frapper en pleine jeunesse.