Page:Michelet - OC, Le Peuple, Nos fils.djvu/5

Cette page n’a pas encore été corrigée


1 INTRODUCTION A M. EDGAR QUINET Ce livre est plus qu’un livre ; c’est moi-même. Voilà pourquoi il vous appartient. C’est moi et c’est vous, mon ami, j’ose le dire. Vous l’avez remarqué avec raison, nos pensées, communiquées ou non, concordent toujours. Nous vivons du même cœur... Belle harmonie qui peut surprendre ; mais n’est-elle pas naturelle ? Toute la variété de nos travaux a germé d’une même racine viyante :«Le sentiment de la France et l’idée de la Patrie. » Recevez-le donc, ce livre du Peuple, parce qu’il est vous, parce qu’il est moi. Par vos origines militaires, par la mienne, industrielle, nous représentons nous-mêmes, autant que d’autres peut-être, les deux faces modernes du Peuple, et son récent avènement. Ce livre je l’ai fait de moi-même, de ma vie, et de mon cœur. Il est sorti de mon expérience, bien plus