Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 5.djvu/482

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE VIII

TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE. — MAXIMUM. — RÉQUISITION (AVRIL-MAI 1793).


Les victoires de la Vendée donnent la France aux Jacobins. — Le tribunal révolutionnaire dominé par Robespierre. — Fanatisme patriotique de ce tribunal. — Il absout Miranda, Marat. — Le triomphe de Marat, 24 avril. — Robespierre présente une théorie restreinte du droit de propriété, 24 avril. — L’enchérissement des denrées oblige la Convention de décréter le maximum, avril-mai. — Cambon présente la proposition du département de l’Hérault pour rendre la réquisition efficace, 27 avril 1793. — Ce projet est adopté, mais dans un sens tout contraire, par la Commune de Paris. — Pétition menaçante au nom du faubourg Saint-Antoine. — Il la dément et s’offre à la Convention, 1er mai 1793.


La Vendée pouvait rire à l’aise des malheurs de la Patrie. C’est elle qui tuait la France.

Ses succès, appris coup sur coup, furent l’arrêt de mort des modérés. On leur reprocha, on leur imputa les victoires des Vendéens. On crut poignarder en eux la Vendée et le royalisme, et par leur mort on souleva soixante départements.

Les succès des Vendéens sur des armées sans soldats, leurs victoires sur le néant, n’avaient rien qui pût surprendre. On les trouva inexplicables. La Révolution ne voulut jamais croire qu’elle pût être