Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 5.djvu/459

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE VII

COMITÉ DE SALUT PUBLIC (AVRIL 1793).


Création du Comité de salut public, 6 avril. — La Convention en exclut les Girondins et les Jacobins. — Les Jacobins machinent contre la Convention. — La machine à pétitions. — Les Jacobins neutralisent les dantonistes. — L’Histoire des Brissotins, par Camille Desmoulins. — Réquisitoire de Robespierre contre la Gironde. — Réponse de Vergniaud, 10 avril. — La Révolution par l’amour. — La Gironde obtient la mise en accusation de Marat, 12 avril. — La Montagne défend Marat. — Adresse de la Commune pour la proscription des Girondins, 15 avril. — Fonfrède en déduit l’appel au peuple. — La Montagne désavoue l’adresse. — Danton à la suite de Robespierre. — Il abandonne ses principes. — Dévouement de Vergniaud, 20 avril. — Il prouve que l’appel au peuple sauverait la Gironde, mais perdrait la France. — La Convention condamne la pétition de la Commune contre la Gironde.


On devine quelle terreur se répandit dans la Convention, dans Paris, quand on apprit que Dumouriez avait arrêté, livré les commissaires de la Convention. Tout le monde crut qu’il n’avait point hasardé un tel coup sans bien prendre ses mesures, qu’il était maître de l’armée, qu’il avait de grandes intelligences dans les places fortes, dans Paris, dans la Convention même.

Marat, Robespierre, pour grande mesure de défense, voulaient qu’on arrêtât Brissot.