Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 5.djvu/221

Cette page a été validée par deux contributeurs.


le poignard royaliste, sentaient déjà sur leur poitrine le fer qui allait frapper Saint-Fargeau.

Robespierre était fort contre la Gironde, quand il voulait le jugement et pour juge la Convention. On peut même dire qu’ici, s’il représentait la minorité de l’Assemblée, il avait derrière lui l’immense majorité du peuple. La France voulait le jugement, et immédiat, et par l’Assemblée.

Mais, pour la question de mort que demandait la Montagne, là elle était véritablement la minorité et n’avait pour elle dans la nation qu’une imperceptible minorité. La France ne voulait pas la mort.

C’est ce qui prêta une grande force, un poids incroyable à la réponse de Vergniaud. La Convention, pour quelques jours, fut emportée dans la voie qu’il avait ouverte [1]. Ce discours, faible de base, comme tous ceux du parti, tira un effet extraordinaire de l’effusion de cœur qui partout y débordait, et du mot que personne n’avait osé dire, que Vergniaud ne dit qu’en passant, mais qui illumine tout le reste : l’humanité sainte.

On n’abrège point ces grandes choses, et moins encore les discours de Vergniaud que ceux de tout autre orateur. Leur force est surtout dans leur abondance, leur inépuisable flot, dans ce roulement grandiose, ce tonnerre de cataracte, comme on l’entend de loin aux grandes chutes des fleuves d’Amérique.

  1. Son succès, immense dans le public, coïncida pour l’époque avec celui de son amie, Mlle Julie Candeille, qui, au même moment, dans le même esprit, donnait la pièce dont nous avons parlé.