Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 5.djvu/21

Cette page a été validée par deux contributeurs.


papes eux-mêmes, s’ils n’obéissaient aux Jésuites. Louis XVI avait reçu cette doctrine par deux canaux à la fois, par son gouverneur, La Vauguyon, Jésuite de robe courte, et par la tradition de Louis XIV, par le respect héréditaire de la famille pour la mémoire auguste du grand roi et du grand règne.

Ce prince commode (vrai Jésuite politique), d’accord avec la pratique du Jésuitisme religieux, avait permis aux rois toute chose, y compris l’assassinat. Une maison, honnête sous d’autres rapports, la dévote maison d’Autriche, ne se refusa point l’assassinat de Waldstein, d’autres meurtres moins célèbres. Louis XIV, un honnête homme, accorda à la raison d’État autant qu’à sa dévotion la proscription de six cent mille Français. Qui remplit toutes les bastilles sous Louis XV, qui les tint remplies soixante ans (et cela dans un temps si calme) ? Qui, sinon la raison d’État ?

Combien plus ce principe traditionnel, dans la crise des plus grands dangers, dut-il absoudre Louis XVI à ses propres yeux des faux serments, du mensonge habituel, de l’appel à l’étranger ?

Mais le même principe se retournant sur son maître, on reprit impitoyablement les arguments monarchiques pour prouver que la raison d’État demandait la mort du monarque. La Révolution, devenue reine, entrant dans les Tuileries, trouva là ce vieux meuble royal et tout d’abord en fit usage en le cassant sur la tête des rois qui s’en étaient servis.