Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 5.djvu/134

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ban, l’impôt en nature, en denrées. Sans examiner tout ce que ce système a des difficultés pratiques, il suffit de faire remarquer la lenteur infinie qu’il mettrait dans l’action de l’État. C’était, au moment de la crise la plus terrible, dans les besoins les plus urgents, lorsque nul métal, lorsque l’assignat lui-même en son vol n’allait assez rapidement, c’était proposer l’inertie des sociétés barbares. C’était, à l’homme qui court pour sauver sa maison en flammes et qui demande à Dieu des ailes, conseiller la paralysie.

Le lendemain, Brissot, dans le Patriote, fit cet éloge illimité du discours de Saint-Just : « Saint-Just traite la question à fond et sous tous ses rapports politiques et moraux ; il déploie de l’esprit, de la chaleur et de la philosophie, et honore son talent en défendant la liberté du commerce (N° 1207, p. 622). Cet éloge étourdi, insensé, donné, par l’homme le plus considérable de la Gironde à l’adversaire de Cambon, dut prouver à celui-ci qu’il n’avait à attendre aucun appui de la droite. La déclamation du jeune homme était accueillie par elle sans qu’elle s’aperçût seulement que ce discours renversait la pierre angulaire de la Révolution, l’assignat. Ébranler la foi à cette base de papier, la rendre chancelante, dans une telle crise, dans des besoins si impérieux, et lorsqu’on ne proposait, en réalité, aucun moyen sérieux qui y suppléât, c’était une grande légèreté, une étonnante ignorance de la situation.