Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/438

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de Richelieu, qui, sous cet habit, s’était mêlé à la foule, à ce nouveau flot de peuple qui était parti de Paris ; il les avait quittés à moitié chemin pour avertir la famille royale ; il avait entendu des propos horribles, des menaces atroces, à faire dresser les cheveux… En disant cela, il était si pâle que tout le monde pâlit…

Le cœur du roi commençait à faiblir ; il sentait la reine en péril. Quoi qu’il en coûtât à sa conscience de consacrer l’œuvre législative du philosophisme, il signa à dix heures du soir la Déclaration des droits.

Mounier put donc enfin partir. Il avait hâte de reprendre la présidence avant l’arrivée de cette grande armée de Paris, dont on ne savait pas les projets. Il rentre, mais plus d’Assemblée ; elle avait levé la séance ; la foule, de plus en plus bruyante, exigeante, avait demandé qu’on diminuât le prix du pain, celui de la viande. Mounier trouva à sa place, dans le siège du président, une grande femme de bonnes manières, qui tenait la sonnette et qui descendit à regret. Il donna ordre qu’on tâchât de réunir les députés ; en attendant, il annonça au peuple que le roi venait d’accepter les articles constitutionnels. Les femmes, se serrant alors autour de lui, le priaient d’en donner copie ; d’autres disaient : « Mais, Monsieur le Président, cela sera-t-il bien avantageux ? Cela fera-t-il avoir du pain aux pauvres gens de Paris ? » — D’autres : « Nous avons bien faim. Nous n’avons pas mangé aujourd’hui. » Mounier dit qu’on