Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/406

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE VIII

LE PEUPLE VA CHERCHER LE ROI, 5 OCTOBRE 1789.


Le peuple seul trouve un remède : il va chercher le roi. — Position égoïste des rois à Versailles. — Louis XVI ne pouvait agir en aucun sens. — La reine sollicitée d’agir. — Orgie des gardes du corps, 1er octobre. — Insultes à la cocarde nationale. — Irritation de Paris. — Misère et souffrances des femmes. — Leur compassion courageuse. — Elles envahissent l’Hôtel de Ville, 5 octobre. — Elles marchent sur Versailles. — L’Assemblée en est avertie. — Maillard et les femmes devant l’Assemblée. — Robespierre appuie Maillard. — Les femmes devant le roi. — Indécision de la Cour.


Le 5 octobre, huit ou dix mille femmes allèrent à Versailles ; beaucoup de peuple suivit. La garde nationale força M. de La Fayette de l’y conduire le soir même. Le 6, ils ramenèrent le roi et l’obligèrent d’habiter Paris.

Ce grand mouvement est le plus général que présente la Révolution, après le 14 juillet. Celui d’octobre fut, presque autant que l’autre, unanime, du moins en ce sens que ceux qui n’y prirent point part en désirèrent le succès et se réjouirent tous que le roi fût à Paris.

Il ne faut pas chercher ici l’action des partis. Ils agirent, mais firent très peu.