Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/388

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE VII

LA PRESSE


Agitation de Paris pour la question du veto, 30 août. — État de la presse. — Multiplication des journaux. — Tendances de la presse. — Elle est encore royaliste. — Loustalot, rédacteur des Révolutions de Paris. — Sa proposition, 31 août ; repoussée à l’Hôtel de Ville. — Complot de la Cour, connu de La Fayette et de tout le monde. — Opposition naissante de la garde nationale et du peuple. — Conduite incertaine de l’Assemblée. — Volney lui propose de se dissoudre, 18 septembre. — Impuissance de Necker, de l’Assemblée, de la Cour, du duc d’Orléans. — La presse même impuissante.


Nous venons de voir deux choses : la situation était intolérable, l’Assemblée était incapable d’y porter remède.

Un mouvement populaire trancherait-il la difficulté ? Cela ne pouvait avoir lieu qu’autant qu’il serait vraiment le mouvement du peuple, spontané, vaste, unanime, comme fut le 14 juillet.

La fermentation était grande, l’agitation vive, mais partielle encore. Dès le premier jour que la question du veto fut posée (le dimanche 30 août), Paris tout entier prit l’alarme, le veto absolu apparut comme l’anéantissement de la souveraineté du peuple. Tou-