Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/306

Cette page a été validée par deux contributeurs.


intendant de Paris. Il savait bien qu’il était détesté des Parisiens, et fut trop heureux de trouver l’occasion de leur faire la guerre. Avec le vieux Foulon, il était l’âme du ministère de trois jours. Le maréchal de Broglie n’en augurait rien de bon, il obéissait[1]. Mais Foulon, mais Berthier, étaient très ardents. Celui-ci montra une activité diabolique à rassembler tout, armes, troupes, à fabriquer des cartouches. Si Paris ne fut point mis à feu et à sang, ce ne fut nullement sa faute.

On s’étonne que des gens si riches, si parfaitement informés, mûrs d’ailleurs et d’expérience, se soient jetés dans ces folies. C’est que les grands spéculateurs financiers participent tous du joueur ; ils en ont les tentations. Or l’affaire la plus lucrative qu’ils pouvaient trouver jamais, c’était d’être ainsi chargés de faire la banqueroute par exécution militaire. Cela était hasardeux. Mais quelle grande affaire sans hasard ? On gagne sur la tempête, on gagne sur l’incendie ; pourquoi pas sur la guerre et la famine ? Qui ne risque rien n’a rien.

La famine et la guerre, je veux dire Foulon et Berthier, qui croyaient tenir Paris, se trouvèrent déconcertés par la prise de la Bastille.

Le soir du 13, Berthier essaya de rassurer Louis XVI ;

    que les révolutionnaires. C’est ce qu’a trouvé aussi M. Louis Blanc en faisant le même examen. Si la famille a trouvé aux Archives ou ailleurs des pièces contraires à l’opinion générale des contemporains, elle devrait les publier.

  1. Alex. de Lameth, Histoire de l’Assemblée constituante, I, 67.