Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/303

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dive, qui ressentirent cruellement les maux du peuple, et dont la pitié tourna en fureur.

Ce remarquable phénomène se présentait principalement chez les hommes nerveux, d’une imagination faible et irritable, chez les artistes en tous genres ; l’artiste est un homme-femme[1]. Le peuple, dont les nerfs sont plus forts, suivit cet entraînement ; mais jamais, dans les premiers temps, il ne donnait l’impulsion. Les violences partaient du Palais-Royal, où dominaient les bourgeois, les avocats, les artistes et gens de lettres.

La responsabilité, même entre ceux-ci, n’était entière à personne. Un Camille Desmoulins levait le lièvre, ouvrait la chasse ; un Danton la poussait à mort… en paroles, bien entendu. Mais il ne manquait pas de muets pour exécuter, d’hommes pâles et furieux pour porter la chose à la Grève, où elle était poussée par des Dantons inférieurs. Dans la foule misérable qui environnait ceux-ci, il y avait d’étranges figures comme échappées de l’autre monde ; des hommes à face de spectres, mais exaltés par la faim, ivres de jeûne, et qui n’étaient plus des hommes… On affirmait que plusieurs, au 20 juillet, ne mangeaient pas depuis trois jours. Parfois ils se résignaient, mouraient sans faire mal à personne. Les femmes ne se résignaient pas, elles avaient des enfants. Elles erraient comme des

  1. Je veux dire un homme complet, qui, ayant les deux sexes de l’esprit, est fécond, toutefois presque toujours avec prédominance de la sensibilité irritable et colérique.