Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/282

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Grève que, trente ans auparavant, l’Ancien-Régime avait bâillonné, décapité le père de Lally ; son discours, tout attendri, n’était justement qu’une sorte d’amnistie de l’Ancien-Régime, amnistie vraiment trop précipitée, lorsqu’il tenait encore Paris tout enveloppé de troupes.

L’attendrissement n’en gagna pas moins dans cette assemblée bourgeoise de l’Hôtel de Ville. « Le plus gras des hommes sensibles », comme on appelait Lally, fut couronné de fleurs, porté plutôt que conduit à la fenêtre, montré à la foule… Résistant tant qu’il pouvait, il mit la couronne sur la tête de Bailly, du premier président qu’ait eu l’Assemblée nationale. Bailly refusait aussi, elle fut retenue, affermie sur sa tête par la main de l’archevêque… Étrange et bizarre spectacle, qui faisait bien ressortir le faux de la situation. Le président du Jeu de paume couronné par la main du prélat qui conseilla le coup d’État et qui força Paris de vaincre… La contradiction fut si peu sentie que l’archevêque ne craignit pas de proposer un Te Deum, et que tout le monde le suivit à Notre-Dame… C’était plutôt un De Profundis qu’il devait dire à ces morts qu’il avait faits.

Malgré l’émotion commune, le peuple resta dans son bon sens. Il ne souffrit pas volontiers qu’on touchât à sa victoire ; cela n’était ni juste ni utile, il faut le dire ; cette victoire n’était pas assez complète pour la sacrifier, l’oublier déjà. L’effet moral en était immense ; mais le résultat matériel, faible encore et incertain. Dès la rue Saint-Honoré, la