Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/279

Cette page a été validée par deux contributeurs.


nécessaire de rassurer sur des bruits aussi coupables, démentis d’avance par mon caractère connu ? Eh bien, c’est moi qui ne suis qu’un avec la nation, c’est moi qui me fie à vous !… »

Éloigner les troupes de Paris et de Versailles, sans indiquer la distance, c’était encore une promesse obscure, équivoque, médiocrement rassurante. Mais l’Assemblée était généralement si alarmée de l’immensité obscure qui s’entr’ouvrait devant elle, elle avait tant besoin d’ordre, qu’elle se montra crédule, enthousiaste pour le roi, jusqu’à oublier ce qu’elle se devait à elle-même.

Les voilà qui se précipitent tous, le suivent ; il retourne à pied. L’Assemblée, le peuple, l’entourent, le pressent ; le roi, fort replet, traversant la zone torride de la place d’Armes, n’en pouvait plus ; des députés, entre autres le duc d’Orléans, firent la chaîne autour de lui. À l’arrivée, la musique joua l’air : Où peut-on être mieux qu’au sein de sa famille ?… Famille trop limitée, le peuple n’en était pas ; on ferma les portes sur lui. Le roi dit qu’on les rouvrît. Cependant il s’excusa de recevoir les députés qui voulaient le voir encore ; il allait à sa chapelle remercier Dieu[1]. La reine parut au balcon avec ses enfants et ceux du comte d’Artois, montrant une joie contrainte et ne sachant trop que croire d’un enthousiasme si peu mérité.

Versailles nageait dans la joie. Paris, malgré sa

  1. Point du jour, n° 35, I, 207.