Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/272

Cette page a été validée par deux contributeurs.


justice ni de vengeance. Le tribunal était brisé. Élie avait vaincu les vainqueurs de la Bastille. Ils firent jurer aux prisonniers fidélité à la nation et les emmenèrent avec eux ; les invalides s’en allèrent paisiblement à leur hôtel ; les Gardes-françaises s’emparèrent des Suisses, les mirent en sûreté dans leurs rangs, les conduisirent à leurs propres casernes, les logèrent et les nourrirent.

Les veuves, chose admirable ! se montrèrent aussi magnanimes. Indigentes et chargées d’enfants, elles ne voulurent pas recevoir seules une petite somme qui leur fut distribuée ; elles mirent dans le partage la veuve d’un pauvre invalide qui avait empêché la Bastille de sauter et qui fut tué par méprise. La femme de l’assiégé fut ainsi comme adoptée par celles des assiégeants.