Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/249

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de la délivrance, mais pour avoir été le plus haut dans la concorde !

Que se passa-t-il dans cette courte nuit, où personne ne dormit, pour qu’au matin, tout dissentiment, toute incertitude disparaissant avec l’ombre, ils eussent les mêmes pensées ?

On sait ce qui se fit au Palais-Royal, à l’Hôtel de Ville ; mais ce qui se passa au foyer du peuple, c’est là ce qu’il faudrait savoir.

Là pourtant, on le devine assez par ce qui suivit, là chacun fit dans son cœur le jugement dernier du passé, chacun, avant de frapper, le condamna sans retour… L’histoire revint cette nuit-là, une longue histoire de souffrances, dans l’instinct vengeur du peuple. L’âme des pères qui, tant de siècles, souffrirent, moururent en silence, revint dans les fils et parla.

Hommes forts, hommes patients, jusque-là si pacifiques, qui deviez frapper en ce jour le grand coup de la Providence, la vue de vos familles, sans ressource autre que vous, n’amollit pas votre cœur. Loin de là, regardant une fois encore vos enfants endormis, ces enfants dont ce jour allait faire la destinée, votre pensée grandie embrassa les libres générations qui sortiraient de leur berceau, et sentit dans cette journée tout le combat de l’avenir !…

L’avenir et le passé faisaient tous deux même réponse ; tous deux, ils dirent : « Va ! »… Et ce qui est hors du temps, hors de l’avenir et hors du passé, l’immuable droit le disait aussi. L’immortel sentiment