Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/176

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE III

ASSEMBLÉE NATIONALE


Dernière sommation du Tiers, 10 juin. — Il prend le nom de Communes. — Les Communes prennent le titre d’Assemblée nationale, 17 juin. — Elles se saisissent du droit de l’impôt. — Le roi fait fermer la salle. — L’Assemblée au Jeu de paume, 20 juin 1789.


Le 10 juin, Sieyès dit, en entrant dans l’assemblée : « Coupons le câble, il est temps. » Depuis ce jour, le vaisseau de la Révolution, malgré les tempêtes et malgré les calmes, retardé, jamais arrêté, cingla vers l’avenir.

Ce grand théoricien, qui d’avance avait calculé si juste, se montra ici vraiment homme d’État ; il avait dit ce qu’il fallait faire, et il le fit au moment.

Il n’y a qu’un moment pour chaque chose. Ici, c’était le 10 juin, pas plus tôt, pas plus tard. Plus tôt, la nation n’était pas assez convaincue de l’endurcissement des privilégiés ; il leur fallait un mois pour bien mettre en lumière toute leur mauvaise volonté. Plus tard, deux choses étaient à craindre : ou que le peuple, poussé à bout, ne laissât la liberté pour un morceau de pain, que les privilégiés ne finissent tout,