Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 1.djvu/175

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vint lui soumettre la proposition charitable de son ordre sur l’affaire des subsistances, « qu’il verrait avec plaisir se former une commission des États généraux, qui pût l’aider de ses conseils ».

Donc le Clergé songeait au peuple, le roi aussi ; rien n’empêchait la Noblesse de dire les mêmes paroles. Et alors le Tiers serait resté seul. Il allait être constaté que tous voulaient le bien du peuple, le Tiers seul ne le voulait pas.