Page:Michelet - OC, Histoire de France, t. 1.djvu/92

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ayant demandé quel jour et en quel lieu il voulait combattre pour savoir à qui serait l'Italie, il leur donna rendez-vous pour le troisième jour dans un champ, près de Verceil.

Marius s’était placé de manière à tourner contre l’ennemi le vent, la poussière et les rayons ardents d’un soleil de juillet. L’infanterie des Gimbres formait un énorme carré, dont les premiers rangs étaient liés tous ensemble avec des chaînes de fer. Leur cavalerie, forte de quinze mille hommes, était effrayante à voir, avec ses casques chargés de mufles d’animaux sauvages, et surmontés d’ailes d’oiseaux. Le camp et l’armée barbares occupaient une lieue en longueur. Au commencement, l’aile où se tenait Marius, ayant cru voir fuir la cavalerie ennemie, s’élança à sa poursuite, et s’égara dans la poussière, tandis que l’infanterie ennemie, semblable aux vagues d’une mer immense, venait se briser sur le centre où se tenaient Catulus et Sylla, et alors tout se perdit dans une nuée de poudre. La poussière et le soleil méritèrent le principal honneur de la victoire (101).

Restait le camp barbare, les femmes et les enfants des vaincus. D’abord, revêtues d’habits de deuil, elles supplièrent qu’on leur promît de les respecter, et qu’on les donnât pour esclaves aux prêtresses romaines du feu (le culte des éléments existait dans la Germanie). Puis, voyant leur prière reçue avec dérision, elles pourvurent elles-mêmes à leur liberté. Le mariage chez ces peuples était chose sérieuse. Les présents symboliques des noces, les bœufs attelés, les