Page:Michelet - OC, Histoire de France, t. 1.djvu/91

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Pourrières avait pris pour armoiries le triomphe de Marius représenté sur un des bas-reliefs dont ce monument était orné.

Cependant les Cimbres, ayant passé les Alpes Noriques, étaient descendus dans la vallée de l’Adige. Les soldats de Catulus ne les voyaient qu’avec terreur se jouer, presque nus, au milieu des glaces, et se laisser glisser sur leurs boucliers du haut des Alpes à travers les précipices. Catulus, général méthodique, se croyait en sûreté derrière l’Adige couvert par un petit fort. Il pensait que les ennemis s’amuseraient à le forcer. Ils entassèrent des roches, jetèrent toute une forêt par-dessus, et passèrent. Les Romains s’enfuirent et ne s’arrêtèrent que derrière le Pô. Les Cimbres ne songeaient pas à les poursuivre. En attendant l’arrivée des Teutons, ils jouirent du ciel et du sol italiens, et se laissèrent vaincre aux douceurs de la belle et molle contrée. Le vin, le pain, tout était nouveau pour ces barbares, ils fondaient sous le soleil du Midi et sous l’action de la civilisation plus énervante encore.

Marius eut le temps de joindre son collègue. Il reçut des députés des Cimbres, qui voulaient gagner du temps : Donnez-nous, disaient-ils, des terres pour nous et pour nos frères les Teutons. — Laissez-la vos frères, répondit Marius, ils ont des terres. Nous leur en avons donné qu’ils garderont éternellement. Et comme les Cimbres le menaçaient de l’arrivée des Teutons : Ils sont ici, dit-il, il ne serait pas bien de partir sans les saluer, et il fît amener les captifs. Les Cimbres