Page:Michelet - OC, Histoire de France, t. 1.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.


les Ligures sur la côte montagneuse du Rhône à l’Arno, et poussèrent les Sicanes jusqu’en Calabre et jusqu’en Sicile.

Dans les deux péninsules, les Celtes vainqueurs se mêlèrent avec les habitants des plaines centrales, tandis que les Ibères vaincus se maintenaient aux extrémités, en Ligurie et en Sicile, aux Pyrénées et dans la Bétique. Les Galls-Ambra d’Italie occupaient toute la vallée du Pô, et s’étendaient dans la péninsule jusqu’à l’embouchure du Tibre. Ils furent soumis, dans la suite, par les Rasena ou Étrusques, dont l’empire fut plus tard resserré entre la Macra, le Tibre et l’Apennin, par de nouvelles émigrations celtiques.

Tel était l’aspect du monde gallique. Cet élément, jeune, mou et flottant, fut de bonne heure, en Italie et en Espagne, altéré par le mélange des indigènes. En Gaule, il eût roulé longtemps dans le flux et le reflux de la barbarie ; il fallait qu’un élément nouveau, venu du dehors, lui apportât un principe de stabilité, une idée sociale.

Deux peuples étaient à la tête de la civilisation dans cette haute antiquité, les Grecs et les Phéniciens. L’Hercule de Tyr allait alors par toutes les mers, achetant, enlevant à chaque contrée ses plus précieux produits. Il ne négligea point le grenat fin de la côte des Gaules, le corail des îles d’Hyères ; il s’informa des mines précieuses que recelaient alors à fleur de terre les Pyrénées, les Gévennes et les Alpes. Il vint et revint, et finit par s’établir. Attaqué par les fils de Neptune, Albion et Ligur (ces deux mots signifient