Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/483

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la nation la plus ingénieuse et la plus policée, à celle des Grecs ; qu’ils ont connu leur antiquité, tandis que les Grecs, au rapport de Thucydide, ne surent rien des leurs jusqu’à la guerre du Péloponèse[1]. Mais quand on accorderait ce privilège aux Romains, il faudrait convenir que leurs traditions ne présentent que des souvenirs obscurs, que des tableaux confus, et qu’avec tout cela la raison ne peut s’empêcher d’admettre ce que nous avons établi sur les antiquités romaines.


§ VIII.


Corollaire relatif à l’héroïsme des premiers peuples.


D’après les principes de la politique héroïque établis ci-dessus, l’héroïsme des premiers peuples, dont nous sommes obligés de traiter ici, fut bien différent de celui qu’ont imaginé les philosophes, imbus de leurs préjugés sur la sagesse merveilleuse des anciens et trompés par les philologues sur le sens de ces trois mots, peuple, roi et liberté. Ils ont entendu par le premier mot, des peuples où les plébéiens seraient déjà citoyens ; par le second, des monarques ; par le troisième, une liberté populaire. Ils ont fait entrer dans l’héroïsme des premiers âges trois idées naturelles à des esprits

  1. Nous avons observé que cette époque est pour l’histoire grecque celle de la plus grande lumière, comme pour l’histoire romaine l’époque de la seconde guerre punique ; c’est alors que Tite-Live déclare qu’il écrit l’histoire avec plus de certitude ; et pourtant il n’hésite point d’avouer qu’il ignore les trois circonstances historiques les plus importantes. (Vico.)