Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/470

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



§ IV.


De l’origine des comices chez les Romains.


Les deux sortes d’assemblées héroïques distinguées dans Homère, boulè, agora, devaient répondre aux comices par curies, qui furent les premières assemblées des Romains, et à leurs comices par tribus. Les premiers furent dits curiata (comitia), de quir, quiris, lance[1]. Les quirites, cureti, hommes armés de lances, et investis du droit sacerdotal des augures, paraissaient seuls aux comices curiata.

Depuis que Fabius Maximus eut distribué les citoyens selon leurs biens, en trois classes, sénateurs, chevaliers, plébéiens, les nobles ne formèrent plus un ordre dans la cité, et se partagèrent, selon leur fortune, entre les trois classes. Dès lors on distingua le patricien du sénateur et du chevalier, le plébéien de l’homme sans naissance (ignobilis) ; plébéien ne fut plus opposé à patricien, mais à sénateur ou chevalier : ce mot désigna un citoyen pauvre, quelque noble qu’il pût être ; sénateur, au contraire, ne fut plus synonyme de patricien, mais il désigna le citoyen riche, même sans naissance. Depuis cette époque, on appela comices par centuries les assemblées dans lesquelles tout le peuple romain se réunissait dans ses trois classes pour décider des affaires publiques, et particulièrement

  1. De même que les Grecs, du mot kheir, la main, qui par extension signifie aussi puissance chez toutes les nations, tirèrent celui de kuria, dans un sens analogue à celui du latin curia. (Vico.)