Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/441

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE IV


DE LA MORALE POÉTIQUE, ET DE l’ORIGINE DES VERTUS VULGAIRES QUI RÉSULTÈRENT DE l’INSTITUTION DE LA RELIGION ET DES MARIAGES.


La métaphysique des philosophes commence par éclairer l’âme humaine, en y plaçant l’idée d’un Dieu, afin qu’ensuite la logique, la trouvant préparée à mieux distinguer ses idées, lui enseigne les méthodes de raisonnement par le secours desquelles la morale purifie le cœur de l’homme. De même la métaphysique poétique des premiers humains les frappa d’abord par la crainte de Jupiter, dans lequel ils reconnurent le pouvoir de lancer la foudre, et terrassa leurs âmes aussi bien que leurs corps par cette fiction effrayante. Incapables d’atteindre encore une telle idée par le raisonnement, ils la conçurent par un sentiment faux dans la matière, mais vrai dans la forme. De cette logique conforme à leur nature sortit la morale poétique, qui d’abord les rendit pieux. La piété était la base sur laquelle la Providence voulait fonder les sociétés. En effet, chez toutes les nations, la piété a été générale-