Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/402

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE III


DE LA LOGIQUE POÉTIQUE.
_______


§ I


La métaphysique, ainsi nommée lorsqu’elle contemple les choses dans tous les genres de l’être, devient logique lorsqu’elle les considère dans tous les genres d’expressions par lesquelles on les désigne ; de même la poésie a été considérée par nous comme une métaphysique poétique, dans laquelle les poètes théologiens prirent la plupart des choses matérielles pour des êtres divins ; la même poésie, occupée maintenant d’exprimer l’idée de ces divinités, sera considérée comme une logique poétique.

Logique vient de logos. Ce mot, dans son premier sens, dans son sens propre, signifia fable (qui a passé dans l’italien favella, langage, discours) ; la fable, chez les Grecs, se dit aussi muthos, d’où les Latins tirèrent le mot mutus ; en effet, dans les temps muets, le discours