Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/343

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


héroïque de Thésée et de Romulus. (Voyez la Vie du premier dans Plutarque.) Quant aux rois de Rome, nous voyons Tullus Hostilius juge d’Horace[1]. Les rois de Rome étaient appelés rois des choses sacrées, reges sacrorum. Et même après l’expulsion des rois, de crainte d’altérer la forme des cérémonies, on créait un roi des choses sacrées ; c’était le chef des féciaux, ou hérauts de la république.


85. Autre passage remarquable de la Politique d’Aristote : Les anciennes républiques n’avaient point de loi pour punir les offenses et redresser les torts particuliers ; ce défaut de lois est commun à tous les peuples barbares. En effet, les peuples ne sont barbares dans leur origine que parce qu’ils ne sont pas encore adoucis par les lois. — De là la nécessité des duels et des représailles personnelles dans les temps barbares, où l’on manque de lois judiciaires.


86. Troisième passage non moins précieux du même livre : Dans les anciennes républiques, les nobles juraient aux plébéiens une éternelle inimitié. Voilà ce qui explique l’orgueil, l’avarice et la barbarie des nobles à l’égard des plébéiens, dans les premiers siècles de l’histoire romaine. Au milieu de cette prétendue liberté populaire que l’imagination des historiens nous montre dans Rome, ils pressaient[2] les plébéiens, et les forçaient de les servir à la guerre à leurs propres

  1. 1. Par l’intermédiaire des duumvirs auxquels il délègue son pouvoir. (Note du Trad.)
  2. Par l’intermédiaire des duumvirs auxquels il délègue son pouvoir. (Note du Trad.)