Ouvrir le menu principal

Page:Michelet - Œuvres complètes Vico.djvu/326

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Hobbes ne pouvait voir la société commencer ainsi parmi les hommes violents et farouches de son système, lui qui, pour en trouver l’origine, s’adresse au hasard. d’Épicure. Il entreprit de remplir la grande lacune laissée par la philosophie grecque, qui n’avait point considéré l’homme dans l’ensemble de la société du genre humain. Effort magnanime auquel le succès n’a pas répondu[1].


32. Lorsque les hommes ignorent les causes naturelles des phénomènes, et qu’ils ne peuvent les expliquer par des analogies, ils leur attribuent leur propre nature ; par exemple le vulgaire dit que l’aimant aime le fer. (Voy. l’axiome 1.)


33. La physique des ignorants est une métaphysique vulgaire, dans laquelle ils rapportent les causes des phénomènes qu’ils ignorent à la volonté de Dieu, sans considérer les moyens qu’emploie cette volonté.


34. L’observation de Tacite est très juste : Mobiles ad superstitionem perculsœ semel mentes. Dès que les hommes ont laissé surprendre leur âme par une superstition pleine de terreurs, ils y rapportent tout ce qu’ils peuvent imaginer, voir ou faire eux-mêmes.


35. L’admiration est fille de l’ignorance.


36. L’imagination est d’autant plus forte que le raisonnement est plus faible.

  1. La fin de cet alinéa est rejetée dans une note du chapitre iii. (N. du Tr.)